New boutique-gallery launches

December 11, 2010

Last night I was at the Chinart boutique-gallery launch. It’s small space in the 6th, not far from Bon Marché, dedicated to Chinese contemporary artists but also full of objects from China. These have been carefully selected by owners, Katrin Rougeventre and Clement Ledermann, who fell in love in China some 20 years ago and have not stopped visiting it since.

It was also the opening of their photo exhibition – a series of photos of Chinese mailboxes. The mailbox is a common object but the Chinese believe it can bring good luck.

While outside it was cold, humid night and my iphone battery was out of power, my broadband speed was non-existent, the warm and cosy atmosphere inside made me forget all that.

VG


Exclusive interview with Bobby Chiu in Paris

March 26, 2010

I still haven’t seen  “Alice in the Wonderland”  by Tim  Burton but I saw the teaser with 3 D glasses and was very impressed.  Which motivated me to not to miss the opening of drawings and paintings of movie’s character designers Bobby Chiu and Kei Acedera in Arludik gallery and interview Bobby Chiu, one of the three character designers (the third one is Michael Kutsche). The movie release in Paris was on March 24 and I’m getting ready to watch it.  Only in 3D of course.

To view interesting drawings and paintings made in famous Disney tradition by Bobby Chiu and Kei Acedera for the exhibtion at the Arludik gallery in Paris  you can

- visit the exhibition until April 17th, 2010  in the  Arludik gallery, 12/14, rue St-Louis en l’Île  75004 Paris  M° Pont Marie or  Sully – Morland

- downlaod  Iphone app “Arludik: 03 2010″ (2,39 euros) or

-  go to my flickr slideshow page

- visit Bobby Chiu and Kei Acedera Imaginism Studio

Vesna Gerintes

HolyChic


La Force De L’Art 02 at Grand Palais

May 28, 2009

 

Anita Molinero’s artwork at La Force De L’Art 02 exhibition opening at Grand Palais, Paris on April 23, 2009

 

Originally uploaded by Holy Chic


HolyChic arty events in Paris on May 14, 2009

May 14, 2009

14.mai.2009_Nomades

Today’s arty events in Paris on HolyChic.com

 

14.mai._07

 

Today’s arty events in Paris on HolyChic.com


My interview with Bruno Aveillan

April 24, 2008

My interview with Bruno Aveillan, commercial director,  photographer and multimedia artist made at opening of his first photography exhibition “Dioptopes #1″ on April 2008 at the  Léo Scheer Gallery in Paris.

This year Bruno Aveillan directed the first ever brand world campaign for Louis Vuitton  “A Journey” which won several awards such as the Gold Clio Award,  Epica Award,  Mobius Award,  New York Festival,  Grand Prix Stratégie,  Gold Top com  and the Gold Award at the London International Awards.

My photos from the exhibition opening  http://www.flickr.com/photos/8060898@N05/2445845436/in/photostream/

Bruno Aveillan’s bio in French http://fr.wikipedia.org/wiki/Bruno_Aveillan

Vesna Gerintes

April 2008


Post mortem Book and Exhibit by Edouard Levé (1965-2007)

March 25, 2008

Seven months ago, on October 15, 2007, Edouard Lévé, aged 42. Parisian writer, photographer and artist committed suicide.

suicide_book_mars_2008.jpg

Three days before he died, he gave the manuscript of his book Suicide to his publisher. It tells the story of the suicide of a 25-year-old friend of his, twenty years ago. The book, published by P.O.L., is just out.

This book follows the tribute photograph exhibit ÉDOUARD LEVÉ [1965-2007] – Exposition hommage à Édouard Levé at the Loevenbruck Gallery [from March14th to May 10, 2008]. This exhibit is separated on eight different presentations which will be open every Tuesday till May 10, 2008.

“His death was the most important word of his life.” Edouard Levé , Suicide (P.O.L. – March 2008).

edouradleve-25-mars2008-copy_jpg.jpgedouard_leve_10-octobre-2007_5jours_avant_son_suicide.jpg

Edouard Levé (left, behind) on October 10, 2007, 5 days before he died, in the LH Gallery, Paris

From the book “Suicide” by Edouard Levé
(ed: P.O.L. – March, 2008) :

“Ta vie fut une hypothèse.
Ceux qui meurent vieux sont un bloc de passé.
On pense à eux, et apparaît ce qu’ils furent.
On pense à toi, et apparaît ce que tu aurais pu être.
Tu fus et tu resteras un bloc de possibilités.

Ton suicide fut la parole la plus importante de ta vie, mais tu n’en cueilleras pas les fruits.

Es-tu mort puisque je te parle?

Si tu vivais encore, serions-nous amis?
Je fus plus lié à d’autres garçons.
Mais le temps m’a séparé d’eux sans que je m’en aperçoive.
Il suffirait d’un coup de téléphone pour renouer.
Aucun de nous ne risque la désillusion des retrouvailles.
Ton silence est devenu une éloquence.
Mais eux, qui peuvent encore parler, ils restent silencieux.
Je ne repense plus à eux, dont je fus si proche.
Mais toi, autrefois lointain, distant et ténébreux, tu rayonnes à présent près de moi.
Quand je doute, je sollicite tes avis.
Tes réponses me satisfont plus que celles qu’ils pourraient me donner.
Tu m’accompagnes fidèlement, où que je sois.
Ce sont eux les disparus.
Tu es le grand présent.

Tu es un livre qui me parle quand je le veux.
Ta mort a écrit ta vie.

Tu ne me rends pas triste, mais grave.
Tu nuis à mon incurable légèreté.
Quand je suis trop primesautier et que, pour une raison que j’ignore, ton visage m’apparaît, je redonne de l’importance aux gens qui m’entourent.
Les choses prennent un relief que je leur trouve rarement.
Je profite à ta place de ce que tu ne connais plus.
Mort, tu me rends plus vivant.”  Suicide by Edouard Levé (ed: P.O.L. – March, 2008)

by Vesna Gerintes

May 2008



THTH sauve les livres de son frère à la galerie Mycroft, lundi 15 Octobre 2007

October 14, 2007

jptheolier-residence.jpg 

Lundi, le 15 octobre 2007 aura lieu à partir de 18 h 00 à la galerie parisienne Mycroft, l’exposition-don “La dernière palette” de Thierry Théolier

avec deux mini-concerts du duo Résidenciel (Jean-Pierre Théolier et peut être… Caroline) à 19 : 00 h et 21 h [horaires à confirmer...]

Une palette de 245 exemplaires du “livre-monde” RÉSIDENCE de Jean-Pierre Théolier sorti en 2004 chez Calmann-Levy a été sauvé par son petit frère du pilon.

SAUVEZ LA RÉSIDENCE

Sauvetage in extremis d’un gâchis global avec l’aide de la communauté du Syndicat du Hype (SDH), “La Dernière Palette” prendra la forme radicale d’une exposition-don de la dernière palette du stock de RÉSIDENCE, 245 exemplaires. Chaque personne aura la possibilité d’acquérir gratuitement une “Résidence” déposée sur… la dernière palette.

Entrée libre

Galerie MYCROFT  Gmap
13, rue ternaux , 75011 PARIS, Métros: Oberkampf, Parmentier, St.-Ambroise
Tél: 06.85.47.42.82
contact@mycroft.com.fr


Tonight the fashionista bloggers are opening their group exhibition at Colette

October 1, 2007

1oct2007_colette.jpg 

Tonight opening : group Exhibition “From the Street to the Night” at Colette , 213, rue Saint-Honoré  75001 Paris  [October 1 - November 3, 2007]

 Some of bloggers-photographers:

Amy Arbus

Jeremy Kost

The Cobra Snake

The Misshapes

Face Hunter

The Sartorialist

Alistair Allan

Delinlee Delovely

From Colette’s Survey Special

” “From The Street to the Night” exhibition from October 1st until November 3rd with Amy Arbus, Bob Colacello, Hans Eijkelboom, The Sartorialist, Face Hunter, Cobra Snake, the Misshapes, Alistair Allan, Marco dos Santos, Jeremy Kost, Façade & many blogs…


An exhibition focusing on day –in the streets- & on night –in the clubs- photography. From Paris to New York, from Berlin to Tokyo & from L.A to Shanghai.

It is a complete photographic report in an era of photo blogs that are witnessing our time on a day-to-day basis. In the streets, in clubs, in private parties, during catwalks, with friends, in front of celebs, in the middle of unknowns, the new portrayer is everywhere.

Through “From The Street to the Night” colette pays tribute to those artists who capture our time with talent, slenderness, humor, intellect & of course a trumendous energy. Find every day at colette & on the Parrot Photo-Viewer screens pictures from the day before by Scott Schuman – The Sartorialist, Yvan Rodic – Face Hunter & Mark Hunter – The Cobrasnake. Participate as well in sending your pictures for www.Fromthestreettothenight.blogspot.comAlso find on the eshop, the Bob Colacello “OUT” book (signature the saturday 13 october for 4-6pm), Paris-New York-Shanghai by Hans Eijkelboom (Aperture), the Misshapes (Powerhouse), Alistair Allan’s Boombox ( & the Kitsune compilation, see below) & The Total Package by Jeremy Kost.Avec la participation des blogs / A selection of the best pictures from :
Amsterdam : damstyle.blogspot.com , Berlin : stilinberlin.blogspot.com, Helsinki : hel-looks.com, Los Angeles Vs Paris : linleeloves.blogspot.com, Montreal : mtlst.blogspot.com, Moscou : lookatme.ru, Reyjkavik : reykjaviklooks.blogspot.com, Tokyo : tokyolookbook.com, Vilnius : laimikis.lt et les collectifs streetpeeper.com & streetclash.blogspot.com

Et la participation des magazines / and Magazines :
i-D, Numero : Greg Kessler, Nylon, Paper : Caroline Torem-Caig, V, Vice Do & Don’t, Vogue / WWD : Stéphane Feugères, WOW2 : Olivier Zahm, Jean Pigozzi.”

 Chasseurs de cool

Tendance Snaparazzi De Reykjavik à Istanbul, de Los Angeles à Paris, ces photographes mettent en ligne sur le Net leurs catalogues de looks et de tendances. Une exposition parisienne rassemble leurs images.

L’expo «From The Street to The Night». Jusqu’au 3 novembre 200è. Colette, 213, rue Saint-Honoré, 75001 Paris.

Les ballerines argentées photographiées en gros plan sur l’asphalte berlinois, un néodandy avec lunettes de soleil posant dans une rue parisienne, ou une fashionista new-yorkaise flashée sur un dance floor, ce sont des milliers de snapshots qui abreuvent tous les jours des blogs consacrés à la mode.

De Reykjavik à Istanbul, de Los Angeles à Paris, ils sont des centaines de photographes amateurs à se servir de la vitesse de propagation du Web. En marge des podiums, des magazines et de leurs photos ultras léchées, ces blogs sont des catalogues de look «sauvages» mis en ligne en quasi temps réel par ces photographes amateurs, ou presque. Ces snaparazzi ­ appelés aussi cool hunters (chasseurs de tendance) ­ captent sur le vif et sans filtre les quidams dans la rue, dans les clubs, dans les concerts ou, plus simplement, au hasard de leurs déambulations urbaines.

Trottoirs. Dans les années 80 à New York, Amy Arbus, fille de Diane Arbus, crée la première chronique de street fashion : dans Village Voice, elle publie une galerie de portraits des branchés et des people qu’elle croise sur les trottoirs de l’East Village. Des photos en pied, très frontales qui mettent le vêtement et la silhouette au premier plan. Scott Schuman, photographe dandy américain, est le grand héritier de cette méthode. Après avoir travaillé pendant quinze ans dans le monde de la mode, il raconte : «J’ai toujours ressenti une déconnexion entre ce que je vendais en showroom et ce que portaient les “vrais” gens (les gens vraiment cool) que je rencontrais dans la rue.» Aujourd’hui son blog ­ thesartorialist. com ­ fait autorité et a été sélectionné par le Time Magazine dans le top 100 des Design Influencers. Scott Schuman chasse désormais les looks dans toutes les capitales pour Vogue Homme. 

Dans le même esprit, Yvan Rodic, dit Face Hunter, sévit en France. Avec pour devise «Eye candy for the style hungry» («Des gourmandises pour l’oeil des affamés de la mode»),  il traque les tendances. Son blog qu’il qualifie de «fenêtre ouverte sur la mode parisienne» reçoit plus de 10 000 visites par jour et renouvelle, selon lui, la consommation d’images de mode : «La différence entre un site de street style et un magazine de mode classique, c’est qu’un blog comme le mien n’est pas régi par des contraintes marchandes ou de la pub, c’est une captation ludique et personnelle et c’est ce qui fait sa pertinence.» 

Attitude. Si on consulte ces blogs pour y découvrir les nouvelles tendances et s’en inspirer, on y va aussi pour se voir. Ces sites sont les territoires favoris de tous ceux ou celles qui souhaitent exhiber leur look. Et le must en la matière c’est d’être photographié par «le» paparazzi de la branchitude : Mark Hunter, alias The Cobrasnake (lire page suivante). Cet Américain de 22 ans se déplace dans les soirées les plus in du globe pour chasser du look, mais surtout immortaliser une attitude. Dans ses photos, les filles sont toutes en bouches, les garçons ont des sourires satisfaits, une esthétique du plaisir facile où l’on surjoue l’attitude des photos people. Avec plus de 30 000 connexions par jour, tout le monde veut en être et apparaître sur le blog de The Cobrasnake confère une immédiate hype credibility qu’on pourra fièrement étaler sur sa page MySpace. Son public ? Des ados d’Arizona qui veulent savoir quelle robe portait Paris Hilton la veille aux grandes marques de mode qui ne veulent surtout pas avoir une tendance de retard.

Fatigue. Selon Olivier Saillard, historien de la mode, les photos de The Cobrasnake ont aussi une valeur documentaire : «Dans ces photos, les gens imitent les tops models au petit bonheur la chance, ils prennent la pose. ça donne le sentiment que l’on s’y amuse beaucoup, mais la fête est à la fois vertigineuse et presque morbide : à trop rire la bouche se crispe et devient grimaçante.» C’est le sentiment que donne le blog de Marco dos Santos, directeur artistique de la boîte de nuit le Paris Paris. Ses clichés en noir et blanc présentent la crème de la branchouille hexagonale, mais pointe aussi le moment où la nuit tourne quand fatigue et lassitude sont trop fortes.

Aujourd’hui, ces photos blogueurs deviennent des cautions hype. On inscrit sur les flyers le nom de Cobrasnake à côté de celui du DJ pour promettre une soirée déjantée et des marques comme Diesel paient ces photographes pour faire leur «fashion reportage» lors des soirées de lancement. Manière de se servir de ces «chasseurs de cool» pour promouvoir leurs vêtements.

 Par Laurent LUNETTA, Libération : vendredi 5 octobre 2007

 

 

«Photo-journaliste, ça sonne bien»

 

Tendance INTERVIEW Mark Hunter, alias The Cobrasnake, 22 ans, star des «cool hunters» :

Il porte sur cette faune un regard à la fois caustique et indulgent, puisqu’il en vit. The Cobrasnake était à Paris en début de semaine, barbu à lunettes légèrement bedonnant sous son gilet bleu et rouge à paillettes, lors de l’inauguration de l’exposition chez Colette, «From The Street to The Night» Ses photos, parmi la dizaine d’exposants, sont les plus marquantes ­ hormis celles, qui possèdent la grâce fanée des seventies, de Bob Colaccelo, journaliste à Vanity Fair et ex-homme de la nuit. Interview de Mark Hunter, alias The Cobrasnake, qui préfère encore se faire appeler Mark The Cobrasnake.

D’où venez-vous ? 

Je viens d’avoir 22 ans et suis originaire de Los Angeles. Mes parents sont relax, ma mère est orthodontiste et mon père dans le secteur de l’immobilier. J’ai grandi à Hollywood, où j’ai appris très jeune tout ce qui était cool. Je prenais déjà des photos à l’école. Mais je n’ai pas poussé mes études très loin.

Que vouliez-vous faire, adolescent ? Etiez-vous intéressé par la mode et les célébrités ? 

J’ai toujours voulu être professeur, et je pense qu’une fois passé ce tourbillon dément de photographe-star dans lequel je suis, j’aimerais enseigner. Et je n’en ai jamais eu grand-chose à faire, des célébrités, ce qui est drôle vu que ma mère nettoie les dents de tant de ces gens connus…

Comment avez-vous commencé ? 

J’avais 18 ans, je travaillais avec l’artiste Shephard Fairey qui était invité aux soirées les plus pointues et je l’accompagnais. Cela m’a donné envie de rendre compte de ce monde.

Voilà quatre ans que vous êtes dans ce milieu. Toujours excité, ou trouvez-vous désormais ennuyeux ce monde de la nuit ? 

Ce fut un cheminement assez drôle. Dès qu’on est dans la création, il y a des hauts et des bas. Parfois, cela me fatigue vraiment d’aller à des soirées mais une fois que j’y suis, je retrouve les sensations qui m’ont fait débuter.

Comment vous décririez-vous ? Journaliste ? Provocateur ? 

Photo-journaliste, ça sonne bien.

Vous voyez-vous encore prendre des photos dans dix ans ? 

Je continuerai toujours d’en prendre. Mais je ne serai peut-être plus dans des bars remplis de jeunes filles .

Pensez-vous que la culture des célébrités est une catastrophe ou une bonne façon d’appréhender le monde dans lequel on vit ? 

Cette culture-là est folle, elle se répand comme un virus autour du globe. C’est dingue de se dire que les gens, partout, se demandent si Paris Hilton porte ou non des sous-vêtements.

Etes-vous un entrepreneur ? Vous avez travaillé pour de grandes marques, notamment Diesel… 

Oui, j’ai eu la chance de collaborer avec des gens que j’aime bien et des marques que je trouvais, étant adolescent, trop cool.

Pensez-vous que Kate Moss est l’icône ultime du nouveau millénaire ? 

C’est drôle parce qu’en Amérique, les gens ne s’en préoccupent pas tant ; ceci dit, je pense qu’elle a eu une carrière incroyable.

Votre meilleur souvenir, et le pire ? 

J’essaie de ne pas trop me rappeler, pour l’instant. Mais c’est bien que je prenne autant de photos, quand je serai vieux et tout gros je pourrai regarder en arrière et me remémorer à quel point je pensais que c’était cool, ma vie.

Par Françoise-Marie SANTUCCI, Libération, : vendredi 5 octobre 2007


Matali Crasset at Thaddaeus Ropac tomorrow

September 14, 2007

and opening of another new gallery (gallerie Deborah Zafman, 3-5 passage des grevilliers, 75003, Paris ) in the Upper Marais (see the invitation below)

check out my calendar for tomorrow, Saturday, 15 September 2007

15sept2007_medium.jpg


Lots of vernissages tonight in Paris:Thursday, 06 September 2007

September 6, 2007

Dont forget to check out our HolyChic schedule for tonight

http://www.holychic.com/agenda.php?y=2007&m=9&d=6

 6sept2007invit.jpg

6sept2007.jpg

6_sept_2007invitbeaubourg-printemps-esign-boutique.jpg

6sept2007invit_03.jpg

1_fullertonbatten-teenage_stories_02_-_bike_accident_350.jpg


Follow

Get every new post delivered to your Inbox.